L’inconséquence et l’inutilité

Jean-Martin Aussant s’adresse à la cour afin de participer au débat des chefs. Il fait bien. Son exclusion est une flagrante inconséquence, surtout dans le scénario où Françoise David est invitée. Pourquoi elle et pas lui? Chacun de leurs partis avait un seul élu à l’Assemblée nationale et Aussant a l’avantage d’être cet élu, contrairement à David qui n’est ni élue, ni chef de parti selon son propre aveu.

J’ai lu la plateforme d’Option nationale. c’est concis, bien fait et une approche très intéressante. Je me réserve de perdre mon vote stratégique en leur donnant mon appui à ce tour-ci, mais dans les partis émergents, c’est certainement celui qui a le plan le plus crédible. Basé sur des faits et des chiffres et non pas sur des illusions et du bon vouloir.

D’ailleurs, tout de suite après celui d’Option nationale, j’ai consulté le programme de Québec Solidaire. Mon impression de ce parti ne s’en ai que renforcé. J’ai toujours trouvé que les quésistes avaient l’air d’un petit gars qui décide d’aller jouer au hockey sur la glace des grands pour ensuite leur demander de changer les règles parce qu’il n’arrive pas à suivre le puck. Or selon moi, si on décide de jouer un jeu, on accepte les règles telles qu’elles sont.

Alors voilà que mon impression d’un parti de pee-wee se confirme par le simple fait que le programme de Québec Solidaire n’est pas encore terminé, même s’ils en sont à leur troisième élection générale. Inimaginable! Comment peut-on prétendre vouloir mener la destinée d’un État, alors qu’on n’arrive même pas à pondre complètement le plan vers cette destinée? En même temps, ça me rassure sur la rationalité de ces membres qui semblent ainsi comprendre qu’ils ne vont jamais prendre le pouvoir et qui peuvent bien prendre leur temps.

Dans le contexte actuel, Jean-Martin Aussant fait bien de demander aux tribunaux de forcer sa participation au débat, il n’y a pas de raison d’offrir de l’antenne à Québec solidaire et pas à Option nationale. Mais en réalité ni lui, ni Françoise David ne devraient y être, leur présence à ce débat est inutile. Déjà à trois, un débat frôle la cacophonie, alors imaginez à quatre, cinq ou plus.

Une chose semble échapper à plusieurs, c’est que dans sa fondation même, notre système parlementaire est, concrètement, mais de façon informelle, un système bipartite. Lorsqu’un troisième parti a des chances de prendre le pouvoir, il finit par remplacer un des deux autres. Vous n’aimez pas ça et voulez changer les règles? Ok, mais vous devez d’abord gagner selon lesdites règles. Triste, injuste, mais nécessaire.

Partagez!

10 commentaires sur "L’inconséquence et l’inutilité"

  1. Grand-Langue dit :

    Je doute que ces « petits » partis aspirent à prendre le pouvoir. Peut-être souhaitent-ils inculquer certaines notions dans l’esprits des citoyens. Le problème c’est que ça ne fonctionne à peu près jamais. Le citoyen lit le Journal de Montréal, les titres surtout.

    En ce sens, un débat télévisé constitue une occasion unique pour émettre certaines idées, je suis d’accord, si on invite David, il faut inviter Aussan.

    Généralement, je ne regarde pas les débats, cela m’ennuie et ne m’apprend rien. Si par hazard j’en vois un, je vois la chose comme une joute oratoire, sans plus. Notez qu’en mode négotiation, savoir débattre peut être utile. J’aimerais surtout voter pour quelqu’un qui sait gouverner. J’avoue ne pas être inspiré du tout.

    Grand-Langue

    [Répondre à ce commentaire]

  2. Le Scorbut dit :

    Entre QS, ON et la CAQ, QS est le seul parti à avoir élu un député sous sa bannière. Qu’est-ce que la CAQ a de plus que QS, qui lui donne son droit d’accès invariable à tous les débats? Des simples sondages? Son chef n’est même pas élu! Aucun de ses députés ne sont élus en tant que caquistes! Si on inclut la CAQ, on se doit d’inclure aussi ON puisque les deux ont, au bas mot, les même caractéristiques : parti fondé après les dernières élections et composé de députés et candidats qui ne sont que fraîchement sous cette bannière. La CAQ a simplement un plus gros effectif.

    D’autant plus qu’Aussant est probablement l’un de ceux qui emmènera le plus au débat. J’ignore ses capacités dans une joute orale, il n’a pas encore eu l’occasion de prouver sa répartie dans un débat, mais il est très intelligent, a une bonne formation et une bonne expérience, et connait les enjeux autant que les autres chefs. Tant qu’à faire un débat à plus que deux, aussi bien l’y mettre.

    [Répondre à ce commentaire]

    S.Martel répond:

    Pourquoi on n’invite pas aussi le Parti vert, la Coalition pour la constituante, l’Équipe autonomiste, le Parti nul et le Parti de la classe moyenne?

    La différence est dans la possibilité à former le prochain gouvernement. Comme je le dit, le système est essentiellement bipartite. Périodiquement, un troisième parti vient tenter de prendre la place à un des deux autres et c’est la situation actuelle de la CAQ.

    [Répondre à ce commentaire]

    Le Scorbut répond:

    Mais le critère «possibilité à former le prochain gouvernement» est vérifié par quelle variable? À ce que je comprends, tout ce qu’on vérifie, ce sont les sondages. On prend ceux qui mènent dans les sondages et on fait un débat entre eux… c’est pas très rigoureux. Comme je disais, la CAQ n’a rien que QS et ON n’ont pas, sinon des meilleurs résultats aux sondages, et je trouve pas ça très crédible de s’y fier pour un événement aussi important qu’un débat des chefs.

    [Répondre à ce commentaire]

    S.Martel répond:

    Si on veut un véritable débat, il ne faut garder que les candidats qui ont un certain appui, donc une chance d’être premier ministre. Sinon l’exercice devient futile et chaotique.

    [Répondre à ce commentaire]

    Le Scorbut répond:

    J’ajouterais que le Parti vert, la Coalition pour la constituante et les autres partis que tu as nommés sont des faux exemples : ils ne sont pas représentés en chambre, contrairement aux cinq partis qui nous intéressent.

    [Répondre à ce commentaire]

    miox répond:

    L’idée de présenter seulement les partis ayant une chance de se faire élire relève de la prophétie auto-confirmante. Car seul ceux ayant un accès au média peuvent faire parler d’eux suffisamment pour se faire élire ! :)

    c’est aussi une pensée stérilisante à long terme; car on conserve du discourt public seulement les enjeux plus électoralistes et l’on évacue les questions plus profondes / complexes

    [Répondre à ce commentaire]

  3. Bob dit :

    Votre site est innactif …. dommage … c’était super de vous lire

    [Répondre à ce commentaire]

  4. Bastien dit :

    Bonjour
    Merci pour votre article.
    J aimerais seulement apporter un point que l ensemble du public ne sait pas. Je suis un Wendat de Québec et je travaille hors réserve depuis 28 ans. Je paye mes taxes et mes impôts comme tout le monde. Ce qui inclus l aide social et l éducation de vos enfants. Je suis extrêmement tanné d entendre le monde pleurnicher sur le fait que les amérindiens pays pas de taxes. Au moins en Ontario ils reconnaissent cela et enlèvent une partie des taxes fédérale sur les taxes seulement pas les impôts ( 7% sur 15% de hst) tandis qu au Québec je peut compter sur mes deux mains le nombres d endroit ou cette pratique est appliquée . Alors lâcher moi avec vos indiens payent pas de taxes ni impôts.

    [Répondre à ce commentaire]

  5. Annie dit :

    Bonjour,
    Je crois que ces partis voudrait prendre le pouvoir. qu’ils souhaitent apprendre des notions aux citoyens. Ça fonctionne presque jamais.
    Le citoyen lit le Journal de Montréal, les titres surtout et devrait aller voir http://www.promolaurentides.com .
    pour ce divertir un peu.
    J’aimerais surtout voter pour quelqu’un qui sait gouverner. J’avoue ne pas être inspiré du tout.

    Merci Annie

    [Répondre à ce commentaire]

Vous voulez réagir? Allez-y!