Toutes les publications étiquettées Khadir

Réflexe plutôt que réflexion

Khadir dit à Charest qu’il devrait s’inspirer de Jack Layton et être à l’écoute des citoyens aux dépens des intérêts particuliers et des amis du parti. Charest déclare que c’est un manque de jugement de la part du député et qu’il exploite la mémoire de Layton.

Quoi?! Je vois plutôt ça comme un hommage à Layton. Se faire dire de s’inspirer du parcours d’un autre, puisque l’on considère ce parcours comme remarquable, ce n’est pas une insulte, mon cher Jean. Et ce n’est certainement pas salir la mémoire du défunt.

Charest accuse Khadir de politiser la mort d’un politicien! C’est complètement ridicule comme réaction. En fait, en créant une controverse autour de ce qui pourrait facilement être considéré comme un conseil judicieux ou un simple rappel de son rôle, c’est Charest lui-même qui jette un malaise sur cette situation.

On a vraiment un premier ministre sur le pilote automatique: du réflexe politique plutôt que de la réflexion. Pas pour rien qu’il y a deux semaines, il se ventait encore d’investir plus en infrastructure que le gouvernement précédent, même s’il en est à son 3e mandat et qu’il est en poste depuis 8 ans.

Rabaissements

Amir Khadir ayant été identifié en 2010 comme le politicien le plus populaire au Québec, du même coup il est devenu la cible de la droite québécoise. Personnellement, je trouve ces étiquettes directionnelles simplistes, réductrices et restreignantes, mais puisque ce mouvement politique s’en autoréclame fièrement, je les nommerai comme tel.

Ainsi donc, ils sont droitistes et ont décidé de fixer leur aversion sur un député solitaire, sans trop de pouvoir ou de moyens et ayant une notoriété plutôt modérée avant qu’ils ne braquent eux-mêmes les projecteurs sur lui. Est-ce voulu? Donne-t-on de l’importance à notre proie afin que la chasse semble plus fructueuse? D’un point de vue stratégique, j’ose espérer que oui, mais en même temps, j’en doute.

J’en doute, parce que malgré que leurs idéaux politiques soient basés sur des réflexions et analyses poussées, le message, lui, semble sortir sans trop de gestation et sans aucune retenue. À grands coups de qualificatifs douteux et de raccourcis intellectuels notoires du genre: Kadir veut islamiser le Québec.

J’ai remarqué que chez ces amateurs de libéralisme et autres penchants tribordesques, il n’est pas rare de pourfendre les paroles de l’adversaire alors que l’on tient exactement le même genre de discours en le faisant.

Mathieu Bock-Côté, un des porte-voix de cette tendance politique, écrivait une lettre d’opinion dans La Presse en décembre dernier, dans laquelle il accusait l’ultragauche d’utiliser la diabolisation et de « caricaturer l’adversaire sous le signe du mal radical ». Son texte était une longue caricature des militants gauchiste et il y faisait exactement ce qu’il y dénonçait.

En fin de semaine s’organise, une fois de plus, une contre-manifestation chez Le marcheur, cette boutique de la rue St-Denis prise en otage au milieu d’une chicane puérile entre deux camps, le PAJU (Palestiniens et Juifs unis) d’un bord et un groupuscule de militants droitistes de l’autre.

Ces contre-manifestations ont pour but de «venir en aide» au commerçant, en le débarrassant de militants du PAJU. Or, les militants du PAJU ne seront pas là en fin de semaine, ils l’ont annoncé. Les autres y seront encore pourtant. S’ils veulent appuyer le commerçant, qu’ils arrêtent de s’en servir dans leurs élans de victimisation. Pensez-vous qu’ils vont aider le commerçant en s’agglutinant autour de sa boutique avec caméras et journalistes, alors qu’il n’y aura aucune manifestation à contrer? Ils feront à monsieur Archambault, le propriétaire de la boutique, exactement ce qu’ils dénoncent depuis des semaines: ils vont lui causer un tort en l’empêchant de commercer librement. Pensez-vous que la clientèle du Marcheur a envie de se montrer parmi ces manifestants antimanifestants, de passer par leur activité médiatique afin d’aller s’acheter des souliers?

Qu’on ne lâche pas le morceau dans cet épisode, ça donne une impression qu’il n’y a pas beaucoup de viande après l’os. Quand le débat se concentre sur si peu de manifestants qui ne manifesteront pas devant une boutique, c’est parce qu’on a faim d’enjeux réels.

Je sais que certains vont dire oui, mais la gauche, ils font exactement la même chose et ne se le font pas reprocher ici. Leur tour viendra. Et ça me ramène à la même perception de ce jeu politique. Dans un débat politique qui s’est infantilisé de façon drastique depuis un an ou deux, il faut revenir à des principes qu’on a appris à la petite école: ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse et n’abaisse pas les autres afin de donner l’impression que tu t’élèves.

Enfantillages

Je me demande bien qui est le plus ridicule: Amir Khadir qui manifeste contre un commerçant de son propre comté ou les bien pensants de droite qui voient en Khadir une force du mal, un terroriste et considèrent sa participation dans cette manifestation maladroite comme une étape de plus vers un nouvel ordre islamique mondial?

Belle soirée

On peut dire que la soirée de dépouillement a été complètement à l’opposé de la campagne. Courses, rebondissements, surprises… intéret.

Petite majorité du PLQ, beau retour du PQ, l’ADQ qui perd son chef et à peu près tout le reste et une mascotte quésiste qui va venir mettre un peu d’humour absurde au Parlement! Mais LA bonne nouvelle pour moi c’est que Françoise David n’est pas ma députée.

D’ailleurs, question de remettre en perspective ce gain fortuit dans Mercier et avant que le toujours petit et maintenant stagnant nombre de fanatiques de cette formation partent en peur et érigent une statue de Khadir dans le parc Laurier, dites vous que vous êtes maintenant l’équivalent provincial de ce qu’est André Arthur à la Chambre des communes.

Ça vaut ce que ça vaut, c’est loin d’être une révolution.